En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies qui nous permettront de réaliser des analyses et de vous proposer des contenus et des annonces les plus adaptés à vos centres d’intérêts.
BOURSE ANALYSE STRATEGIQUE ET FINANCIERE D'ENGIE

ANALYSE DU GROUPE ENGIE

(Par l’équipe du site WIKIASSESS (www.wikiassess.com) sept 2020)


Présentation d’ENGIE

ENGIE est un leader européen et mondial dans les domaines des solutions clients, de la production d’électricité bas carbone et des infrastructures de gaz . En 2019 son Chiffre d’affaire est de 60 Md€ et son Résultat Net de 1Md€. Depuis 2ans sa stratégie fluctue. La « direction stratégique » affichée en juillet 2020 par le Président d’Engie est de placer la priorité sur les activités énergies renouvelables et infrastructures.



Analyse réalisée par l’équipe du site gérant WIKIASSESS


La stratégie


Depuis 2 ans la stratégie d’ENGIE a du mal à se caler. En effet jusque en 2018 le groupe avait un plan stratégique dont l’ambition était

 Devenir un leader de la transition énergétique dans le monde. L’accent  était mis sur le désengagement du charbon, le développement des énergies renouvelables, les services d’efficacité énergétiques et la digitalisation des services énergétiques. Ce plan a atteint ses objectifs y compris ses objectifs financiers et de restructuration du portefeuille d’actif

Le désengagement du charbon a été une option particulièrement pertinente

.

Fin  2019 Engie présente un plan dont l’ambition est (était ?) :


Devenir le leader mondial de la transition zero-carbone des entreprises et des collectivités territoriales

Ce plan est tiré par la Business unit « solution client » qui est chargée de faire des offres aux entreprises et collectivités packagées ou comme le disait  la directrice générale Isabelle Kocher « as a service » . Ce choix était un pari audacieux car il supposait de substituer aux activités « traditionnelles » d’ENGIE une activité offre à des clients (et non à des régulateurs étatiques) s’appuyant fortement sur les ENR. Or force est de constater en 2019 que ces deux « nouveaux moteur de la croissance que sont « solution client » et « énergies renouvelables » n’ont pas totalement atteint leurs objectifs (cf les résultats des actions 2 et 3 sur https://wikiassess.com/strategie-entreprise/engie ).

Ce nouveau plan mettait moins l’accent sur les activité de réseaux et mettait dans l’ombre les activités nucléaire (en Belgique) , de fourniture de gaz , et de production thermique . Ces activités représentent néanmoins 62% du résultat net d’exploitation.

Dans ce plan ENGIE était moins dans le rôle d’une « utility » classique qui est un  propriétaire-gestionnaire d’actif, mais plus dans la recherche d’un volume d’activité quitte à « sacrifier » l’enregistrement d’une part des actifs dans son bilan. Ainsi ENGIE avait mis en œuvre un système de vente de ses parcs de renouvelable mais en gardant l’exploitation maintenance de ces derniers


En juillet 2020, après le départ d’Isabelle Kocher, on assiste à une nouvelle « inflexion » stratégique. Celle-ci comme l’indique son président est « une direction stratégique « et non un plan stratégique. Ce dernier sera présenté par le(a) futur(e) DG.

Dans cette Direction l’accent sera mis sur un développement plus marqué des énergies renouvelables, ainsi qu’une priorité sur les infrastructures (réseaux de transport et de distribution, réseaux de chaleur....). En ce qui concerne les énergies renouvelables une plus grande part sera dans le bilan d’ENGIE et non vendue à des tiers.


Pour la partie réseaux, un rééquilibrage sera fait au profit de l’international, ce qui implique des cessions de parts en France sur GRT gaz (Pipeline gaz) et sur GRDF (réseaux de distribution de gaz). Ces cessions étant limitées par le souhait d’ENGIE de continuer à consolider ces deux filiales dans ses comptes (donc d’en garder une forme de contrôle)


Ceci  est financé par un accroissement significatif du programme de cession. Le dossier cession de SUEZ en est l’illustration. Mais au-delà il semble que les activités de la business unit « Solution Clients » qui ne s’appuient pas sur des infrastructures sont candidates à des cessions.

Cette inflexion remet ENGIE dans le rôle classique d’une utility propriétaire- gestionnaire d’actifs.



Que peut-on dire de ce périple stratégique d’ENGIE ?


Tout d’ abord que l’on a une société qui n’a pas à l’heure actuelle de stratégie totalement aboutie. En particulier on ne dispose pas d’objectifs quantitatifs permettant d’en mesurer l’impact attendu sur la valeur du groupe. On ne dispose pas non plus d’une nouvelle formulation de l’ambition.


On constate que comme dans la stratégie de fin 2019, l’avenir du nucléaire en Belgique est encore très incertain. On remarque également le peu de lumière mise sur la fourniture de gaz aux particuliers (qui est pourtant un moyen de valoriser les réseaux de distributions). Ce dernier point  est étonnant quand on sait à quel point il était central pour Gaz de France (une part de l’actuel ENGIE). De même il n’y a pas un mot sur la sécurité d’approvisionnement en gaz de la France (autre sujet majeur pour Gaz de France)


Ce que l’on constate  également c’est que ENGIE devient un gestionnaire d’actifs industriels segmentés et abandonne son rôle de gestionnaire (ou de prescripteur) de grand système énergétique (système gazier en France).Ceci peut être source de perte de valeur pour le Groupe à moyen terme car cela diminue sa maitrise des évolutions des chaines de valeur. A terme TOTAL pourra jouer ce rôle.


.


Les résultats  financiers


Les objectifs financiers du groupe ont été atteints en 2019. Mais ils ne l’ont pas été grâce à la nouvelle stratégie mise en place. En effet l’accroissement de l’EBITDA en 2019 vs 2018  (+700 M€) est conforme aux engagements du groupe mais s’explique quasiment avec l’accroissement de la disponibilité du nucléaire en Belgique  qui a généré un revenu de +700 M€. En effet comme indiqué plus haut les Business Unit « solutions clients » et énergies renouvelables » n’ont pas atteint leurs objectifs de croissance.cf https://wikiassess.com/strategie-entreprise/engie ).


Pour 2020, la crise du COVID impactera évidemment fortement les résultats (en particulier ceux de la Business Unit Solution Clients) Ainsi le groupe prévoit pour 2020 un EBITDA de 9 à 9,2 Md€ alors que celui de 2019 était de 10,2 Md€ (le groupe en Février prévoyait une valeur entre 10,6 et 10,8 Md€ pour 2020). De même le ratio d’endettement (Dette économique/EBITDA) sera supérieur au 4 annoncé en février. Mais  à l’heure actuelle il est difficile de faire la part de ce qui est du à la crise et ce qui est du ressort des actions de l’entreprise


 

Conclusion


ENGIE est un groupe qui ne dispose pas d’une stratégie et d’une feuille de route suffisamment aboutie. Ceci est particulièrement pénalisant dans la période agitée actuelle que nous traversons du fait de la crise sanitaire.


L’équipe WIKIASSESS a évalué ENGIE en intégrant les derniers éléments, tout en sachant que cela évoluera quand le(a) nouveau (elle) DG présentera son Plan Stratégique (ce qui est diffèrent de l’évaluation de l’ensemble des contributeurs)

  1. L’indice de performance industrielle et financière est : 1,72/4 ce qui n’est pas excellent
  2. L’indice ESG (Environnement Social Gouvernance est : 1,88/4 qui est en dessous de la moyenne compte tenu de l’absence d’actions (ou de communication) sur la partie RH

Engie n’offre pas actuellement la visibilité nécessaire pour ce type d’industrie.




Ceci est l’analyse de l’équipe WIKIASSESS, mais ce qui est important c’est de réaliser la vôtre  en allant sur le site www.wikiassess.com  . Pour avoir plus de détails , si nécessaire ,allez  dans  la rubrique Article des membres et sélectionnez  l’article « Comment réaliser une analyse boursière »

Ceci est un espace dédié à nos partenaires pour communiquer avec les utilisateurs du site. Pour y accéder veuillez nous contacter.
Fiches EntrepriseCGUCharte de DéontologieContact